MURMURATION

murmuration album art

 L’album Murmuration est mon premier projet solo composé de guitare électrique, de boîtes à rythme analogiques, de larsens et de voix.

Avec Beirutopia, composé en collaboration avec mes amis de Backbone Party (Alex Augier, Paul Cazenave-Piarrot, Patrick Krdzalin et Arnaud Le Pape), je mettais fin à une période assez particulière pour moi. C’est un album qui parle de mon expérience avec ce chapitre tragique qu’est la guerre de 2006 au Liban, mon émigration en France, la culpabilité d’être parti, la colère et la tristesse engendrées. C’est un album produit avec l’aide de Patrice Mancino (Quixote R.P.M) dans les « traditions de l’art », c’est-à-dire enregistré dans un studio professionnel (OneTwoPassIt, Martial de Roffignac), mixé par un ingénieur son (Eli Janney du groupe Girls Against Boys) et réalisé par Ted Niceley, producteur de plusieurs albums de Noir Désir, Gâtechien, Girls Against Boys et de Fugazi, entre autres.

Murmuration est l’antithèse de Beirutopia.
Il a un aspect très intime. C’est un album que j’ai entièrement produit, de la première note au mix final, entre les quatre murs de mon appartement (je salue d’ailleurs chaleureusement mes voisins). J’avais besoin de créer cette continuité, de livrer un tout. J’avais aussi besoin de sentir chaque étape, chaque écoute et réécoute, chaque modification, de m’entendre dire à maintes reprises « j’abandonne » pour reprendre de plus belle. De le détester un jour puis de l’adorer le suivant. Il marque la fin d’un autre chapitre de ma vie et, bien que court, j’ai mis beaucoup de temps à le terminer. Je l’ai beaucoup laissé traîner car je suppose que j’avais peur de tourner la page.

Vous tous qui m’avez soutenu et qui m’avez supporté durant cette période, je vous remercie.

Sans plus attendre, je vous invite dans mon organisme infecté de la mémoire et sa mécanique, d’eau, de nature, de maladie et de famille, de vols d’étourneaux, d’un Robert Wyatt en bad trip, Arvo Pärt en canon, larsens et Radiohead, nostalgie et Velvet…Nick, Jim, Tom, je vous salue!
C’est avec fierté, soulagement et une forme de confortable mélancolie que je vous présente Murmuration.

Pour écouter l’album, c’est par ici
Pour découvrir la version live, c’est par là